Nous le savons, bon nombre d’entre vous sont sensibles à cette cause, qui a des conséquences néfastes sur la planète mais aussi pour nos porte-monnaie. Alors nous souhaitions vous résumer ce que nous savons aujourd’hui du gaspillage alimentaire et vous proposer des gestes simples que chacun peut faire chez soi ou ailleurs, pour éviter de jeter un énième bout de pain à la poubelle ou des yaourts dont la DLC est dépassée.

Quelques chiffres pour commencer, en France le gaspillage alimentaire, c’est :

de produits jetés qui n’auraient pas dû l’être, par an et par personne à la maison, dont la moitié est des légumes et des liquides. Et ce chiffre n’englobe pas les produits que l’on gaspille dans les collectivités, au restaurant, dans les buffets à volonté, à la cantine, etc.

Au niveau régional, les rhônalpins jettent en moyenne 66 kg d’aliments par an, comparé à 114,5 kg pour les franciliens ; mais inutile de se réjouir, ce sont tout de même 66 kg de trop.

Jeter un simple aliment encore emballé ou qui pourrait encore être consommé a d’énormes répercussions sur l’environnement et la consommation. Imaginez un peu : cet aliment que vous jetez à la poubelle a été produit, emballé, transporté, stocké, mis en rayon, puis acheté. Et vous n’allez même pas le manger ? Impensable, non ? Et pourtant le gaspillage alimentaire est loin d’atteindre le niveau 0.

Alors comment faire pour éviter de gaspiller ?

Pour commencer, faites attention aux quantités que vous achetez (que ça soit pour consommer à la maison ou au restaurant). Tout ce qui est encore en magasin ou sur le menu ne finira pas à la poubelle. Au restaurant, n’hésitez pas à demander un « doggy bag » si vous n’avez pas pu finir votre plat. Depuis le 1er janvier 2016, les restaurants ne peuvent vous le refuser.

À la maison, vérifiez régulièrement les dates de consommation des produits frais et ne jetez pas tout ce qui a l’air un peu « moche » ! Faites évidemment attention aux produits qui présentent un danger pour la santé comme les viandes, poissons et crustacés, mais un yaourt nature peut se consommer encore une semaine après la DLC !

Mais les gestes citoyens ne s’arrêtent pas à la maison, vous pouvez aussi aider certains restaurants dans leur lutte contre le gaspillage alimentaire. Ainsi l’application Too Good To Go (qui fonctionne bien à Lyon) référence les noms des restaurants ou boulangeries qui vous proposent en fin de journée (ou après l’heure du déjeuner) d’acheter des box de produits qui ne seront pas vendus le lendemain. Les box sont vendues à bas prix et c’est un bon plan quand vous ne savez pas quoi manger le soir !

Sur les pentes de la Croix-Rousse, l’épicerie La Fourmi propose des produits dont la date limite de consommation approche ou dont l’emballage est abîmé et qui ne sont donc pas vendus dans les supermarchés traditionnels.

A Villeurbanne, le magasin Vrac’N Roll vous propose des produits vendus en vrac. Apportez vos bocaux et vieux pots de confiture et servez-vous !

Enfin, le mouvement Les Gars’ Pilleurs, né à Lyon en 2013, sensibilise le grand public contre le gaspillage alimentaire en récupérant et en redistribuant de la nourriture jetée à la poubelle par les supermarchés.

Vous avez d’autres plans anti-gaspi ? Partagez-les avec nous !

Pour aller plus loin sur ce sujet, le site Qu’est-ce qu’on fait a compilé une très jolie infographie.

Pour retrouver tous les bons plans anti-gaspi, le site www.casuffitlegachis.fr regroupe les bonnes pratiques aussi bien pour les particuliers que les entreprises.

Sources : qqf.fr, Consoglobe, ADEME, geekandfood, casuffitlegachis.