Depuis quasiment un an, Les Petites cantines égayent la vie du quartier de Vaise. On y mange, on cuisine ensemble, on rigole, on se rencontre et on apprend à manger mieux dans ce lieu insolite.

Il est 11h30. Tout le monde s’active au 37 rue Saint-Pierre-de-Vaise. L’un est occupé à la vaisselle tandis que l’autre sort des chouquettes du four et que deux autres mettent la table. Les odeurs se répandent quand Juliette interpelle la dizaine de bénévoles présents ce jour-là : « on continue notre travail sur la lutte zéro déchets. À partir d’aujourd’hui, on va essayer une nouvelle organisation au niveau de la vaisselle afin de limiter notre consommation d’eau ».

Un lieu de lien social

Juliette travaille aux Petites Cantines, dans le quartier de Vaise. Un concept de restauration un peu surprenant créé à l’été 2016 par Diane Duprè La Tour et Etienne Thouvenot. Tout est parti d’un constat : dans les villes, beaucoup ont un sentiment de solitude. Alors ils ont voulu créer une cantine, avec de grandes tables, où tout le monde peut se parler. Mais il s’agit de bien plus qu’une table partagée. Ici, ceux qui le souhaitent peuvent venir cuisiner ensemble. Ce jour-là, les bénévoles sont arrivés vers 9h30. Accompagnés de la maîtresse de maison, Juliette, et de quelques jeunes qui effectuent leur service civique ici, chacun s’attèle à la réalisation d’un repas, dans la joie, les rires et l’entraide. Ce jour-là, au menu : un plat réunionnais de rougaille saucisse, sur la suggestion de l’un des adhérents, qui partage sa recette avec les autres cuisiniers en herbe.

Le lieu est ouvert à tous. Ici se croisent des étudiants, des retraités, des architectes, des gens précaires, des salariés… Les repas sont à prix libre. Ainsi, quels que soient ses moyens, chacun peut, le temps d’un déjeuner ou d’un dîner, sortir de l’exclusion, de la solitude et partager un moment de convivialité. Régulièrement, des événements sont organisés : conférences, ateliers, débats, projections, spectacles… en fonction des envies et des propositions des membres.

 

 

Bio, local, anti-gaspi

Lieu de convivialité et d’entraide, Les Petites Cantines sont aussi un laboratoire d’expérimentation de bonnes pratiques. « On essaie d’avoir une alimentation durable, explique Juliette. On travaille au maximum en circuits courts, avec des produits de saison. Et on ne cuisine de la viande qu’une fois par semaine en moyenne. » Les Petites Cantines s’approvisionnent en effet directement auprès de maraîchers du département et de commerces du quartier.

Et chaque jour, un magasin bio du quartier leur donne leurs invendus. Une façon de lutter contre le gaspillage alimentaire. Aux Petites Cantines, même la gestion des déchets se fait en circuit court, avec un compost qui est donné au jardin partagé situé deux pâtés de maison plus loin. D’ailleurs, les membres des Petites Cantines sont assez fiers de raconter que les personnes à l’origine de la création de ce jardin se sont rencontrés dans leurs locaux. En un an, Les Petites Cantines sont en effet devenues un acteur du vivre-ensemble à Vaise. Le succès est tel que rapidement, ses fondateurs ont voulu en ouvrir de nouvelles à Lyon. Un autre lieu doit déjà ouvrir dans le quartier Perrache en septembre… avant d’autres. « L’idée, c’est qu’il y ait 4 Petites Cantines à Noël », lâche Juliette.

En pratique

Les Petites Cantines sont ouvertes du mardi au vendredi midi et soir et le dimanche pour un brunch.

Pour plus d’informations, filez vite sur leur site et leur page Facebook.